Écrire, c’est lutter !

Que ce soit au travail, dans l’espace public, ou dans la vie privée, les violences masculines sont partout et omniprésentes. Pas besoin de chercher des heures autour de soi pour en trouver les traces. Il y a la violence des mots, les insultes, les verbes crachés, la violence physique, la violence conjugale, la mutilation, bien sûr. Il y a les violences plus pernicieuses: la violence économique, la violence psychologique, la violence gynécologique.

La violence qui tue, souvent, trop souvent, et ce chiffre qui ne nous fait même plus frémir : cent cinquante féminicides l’année dernière. D’ailleurs, le compteur tourne : combien de femmes assassinées cette année ?

La violence qui abîme aussi, durablement, et parfois, définitivement. Des vies abîmées à tout jamais, mises entre parenthèses.  La violence qui crée la peur, la culpabilité, la honte, des sentiments ancrés ; mais qui fait aussi resurgir la rage.

Contre toutes les violences masculines, pour lutter contre le sentiment de culpabilité, pour relâcher un peu de ce fardeau, pour se sentir moins seules, nous avons décidé de créer un espace de partage et de solidarité, un espace de témoignages anonymes. Témoignages d’un événement récent ou passé, d’un ressenti ou d’un coup de gueule, et qu’importe la forme ; afin que la parole soit réappropriée par celles à qui elle avait été confisquée, et pour que chacune puisse s’exprimer sans crainte.

Et pour que nos voix se déchaînent.